Catégories Monétisation d'un blog

Ce qu’il faut faire et ne pas faire en affiliation et publicité !


Comment bien gérer la monétisation de son blog

Voilà quelques années (ou quelques mois) que vous avez lancé un blog ?
Vous souhaitez, peut être le rentabiliser (voire plus en terme de monétisation) ?

Voyons donc, ce qu’il faut faire et éviter en affiliation.

1. Ne confondez pas site web et sapin de Noël

Sans expérience dans l’affiliation et sans conseils, il vous est, peut être, arrivé d’être tenté de truffé de widgets dans la (ou les colonnes) latérale(s) de votre site, des espaces publicitaires (voire en arrière-plan).

Vous avez été tenté, par la même occasion d’installer des pop-up ? Quoi de plus désagréable de voir une fenêtre bondir en pleine séance de lecture d’un article sur le web ? Hein ? Je vous le demande.

Vous allez me dire, oui, mais les gros sites le font de plus de plus. Certes, je ne peux le nier.

Si vous voulez jouer, tout de suite, dans la cour des grands, alors que votre site n’a que quelques centaines de visites/jour, vous allez gagner des clopinettes (même pas de quoi, gagner un café pour la journée) avec des affichages classiques de bannières.

Allez-vous tenir le coup ? N’allez-vous pas être trop fatigué(e) ? Surtout que vous allez en passer des heures à rédiger des articles pour des sommes dérisoires avec le modèle de pub à l’affichage classique. Au fait, le sucre pour le café, est en option, je ne vous ai pas dit ? 🙂

2. Pub à l’affichage.

Certes, ce modèle de pub n’est guère intrusif si l’on insère le format classique de bannière. Au niveau du CPM (coût pour 1000 affichages), n’espérez à peine rentabiliser les frais d’hébergement sur chez un prestataire correct.

Ce modèle ne devient intéressant qu’à partir du moment où vous avez 1000 visiteurs par jour au moins. Le coût du CMP varie de quelques centimes à quelques euros (dans le meilleur des cas). Je ne peux pas citer de bonnes régies publicitaires, je n’ai pas trouvé mon bonheur. Je vous explique pourquoi dans quelques secondes.

3. Privilégier un format responsive et compatible AMP.

Eh oui, si vous souhaitez insérer un script d’affiliation, vérifier que sur vos pages conçues pour mobile (celles bénéficiant de la technologie AMP) que le code ne crée pas des erreurs de validité avec le testeur officiel de Google.

De plus, certaines plates-formes ont tendance à empêcher les moteurs de recherches à bloquer l’accès au code de leurs scripts publicitaires ou d’affiliation.

Après, il ne faut pas s’étonner si Google Search Console, vous remontent des problèmes de ressources bloquées. 😉

N’hésitez pas à vous renseigner sur le côté responsive, au niveau compatibilité AMP et si les plates-formes autorisent l’accès aux moteurs de recherches de leurs scripts.

Ces 3 critères doivent êtres pris en compte dans le choix de plates-formes. Pour plus d’infos sur la technologie AMP, rendez sur cette page.

Pourquoi et comment installer AMP pour WordPress ?

En cas d’erreurs au niveau AMP, vous pourriez subir une pénalité en référencement sur mobile. Les smartphones et les tablettes sont devenus des supports de trafic que l’on ne peut plus négliger de nos jours et ceci, quels que soient les niches et les formats publicitaires. (CPM, pub au clic (CPC), coup par achat (CPA)…).

4. Pub au clic.

Je recommande cette solution pour ceux et celles qui ont un petit site (environ entre 50 et 500 visites/jour). En terme de revenus passifs, c’est une des solutions les plus rentables. Attention, encore une fois, ne confondez pas sapin de Noël et blog. 😉 Les moteurs de recherches n’aiment pas les fermes à liens.

Vérifier qu’avec l’annonceur que vous pouvez pratiquer le clic incitatif. (C’est à dire que vous avez la possibilité d’inciter les internautes à cliquer sur les liens ou espaces de clics publicitaires, pas comme Adsense 😉 ).

5.  2 solutions pour choisir vos sujets de formats publicitaires à diffuser.

Première solution :

Veillez à ce que la publicité corresponde le mieux possible à la plupart des pages de votre site. Ceci est meilleur pour votre référencement et votre crédibilité, croyez-moi.

Deuxième solution :

Le retargeting.

Le retargeting, c’est quoi ?

Prenons un exemple. Il vous est déjà arrivé de surfer sur votre site d’achats préférés sans pour autant acheter quelque chose. Non ? Ensuite, en surfant sur un autre site qui n’a rien à voir avec le précédent, vous trouvez une publicité vous remémorant votre site d’achats favoris.

Et bien, le site vous proposant ce type de publicité utilise ce que l’on appelle le retargeting, Malin, le lynx, non ? 🙂

Vous trouverez plus d’infos sur cette page.

Facebook, avec son format publicitaire, l’a bien compris et monétise son site, en partie, avec le système de retargeting qu’il propose à une myriade incalculable de clients. Mais ceci est une autre histoire.

6. Comment promouvoir un produit pour toucher des commissions.

6.1 Ayez le produit sous la main (ou à portée de clic).

Tout d’abord, achetez le produit en question. Oui, vous avez bien entendu, si vous-même, n’êtes pas enclin à l’acheter puis à tester le produit, passez votre chemin. L’affiliation sera pour vous, un échec cuisant dans la majorité des cas (à moins que vous soyez un pro du marketing étant capable de revendre une planche à voile à votre grand-mère en déambulateur). 🙂 Mémé, si tu me lis de là-haut, pardon.

Rassurez-vous, je n’ai et ne ferai jamais cela.

6.2 Créer une fiche produit dédiée.

Dans cette fiche, il va falloir montrer à votre cible en quoi le produit répond à un éventuel besoin, vous pouvez jouer avec le côté émotionnel pour inciter le prospect à acheter le produit promu, mais n’abusez en aucune façon de ce stratagème. Encore une fois, vous risquez de perdre en crédibilité.

6.3 Faites la promotion d’un produit qui vous plaît.

Développez ses points forts en présentant de manière minimisée ses points faibles. Faites de ces derniers une force, si cela est possible, mais restez sincère.

Développer des arguments coûte que coûte, pour vendre (du genre « ouais, c’est trop de la balle, tu devrais le prendre ») ?????? Cela marche qu’avec votre meilleur copain (ou copine) et encore.

7. Quel type de produit vendre ?

Pour terminer rapidement cet article sur la publicité et l’affiliation, je vous invite à lire les conditions générales de publication. Évitez de choisir des produits banaux que l’on trouve facilement dans le commerce classiques et surtout, privilégiez des produits vous proposant des commissions non négligeables. (au moins 20%).

Évitez de faire la promotion des produits pas chers vous proposant uniquement 5% de commissions. Sans budget ou sans référencement adéquat, vous dépenserez énormément d’énergie et de temps pour, encore une fois, des clopinettes.

Enfin, pour compléter cet article, Cécile de Blogbyyourself répondra, d’une autre façon, à cette dernière question sur sa page : blogbyyourself.com/comment-monetiser-blog/

 

 

 

Aucun commentaire

Laisser un commentaire