Catégories Facebook

Je suis toute émoustillée devant tant d’émotions partagées


Vous l’avez remarqué si vous êtes sur le réseau historique, mythique, aimé par plus de (je ne sais pas combien et je m’en fiche) d’internautes, mères de familles, adolescents, quadra et autre quinqua : j’ai nommé le bien aimé face de cake, de bouc, Facebook.

  • Génial ! J’adore et vous ?
  • Triste de ne pas savoir de quoi je parle ?
  • Haha ! Drôle que vous ne compreniez pas ?
  • Mais enfin… Grrr… c’est bon là ou pas !
  • Waouh vous êtes lourd quand même là !

J’aime bien moi, voire j’adore, toutes ces émotions dévoilées sur les nombreuses publications distillées par les internautes énervés, amoureux, étonnés, émerveillés, qui circulent depuis quelques années maintenant (tous les chiffres Facebook sont ici fr.wikipedia.org/wiki/Facebook)

Oui mais…

Depuis quelques jours, tout a changé, l’émotion est à son comble, tout ce que vous ressentez à la vue d’une image, d’un post, d’une citation, d’une connerie sont plus palpables voire compréhensibles par une plus grande quantité de likers habituels.

Eh bien ma Lucette vas-tu en venir aux faits ? Que s’est il passé ?

« Mais enfin mon Raymond, je parle du nouveau mode de communication qu’à mis en place Facebook ! Alors t’étais où boudiou ?! »

Maintenant on peut exprimer, que ce soit sur un profil ou une page, un réel sentiment d’amour, d’énervement, de compassion, d’agacement, d’émerveillement sur Facebook.

 

que d'émotions partagées sur Facebook

 

Terminé le « like » ou « j’aime » traditionnel.

  • Un post vous fait hurler de rire… riez
  • Vous êtes attristé, touché… pleurez
  • Vous aimez plus que vous ne sauriez l’avouer… aimez comme une folle (un fou)
  • Vous trouvez ce que vous voyez exceptionnel… wouhaez le ! (et non waouh : je viens de le voir ça tiens !)
  • Vous n’êtes pas content dites-le en grognant comme un homme des cavernes !

Docteur, est-il bon de dévoiler ses émotions Facebook ?

On ne s’emballe pas, « émotions » est un mot bien trop fort à mon sens pour cette petite révolution émoticonesque… Click To Tweet.

Vous avez juste la possibilité de compatir, ou d’aimer puissance 1000.

Il n’y a pas (vous le constaterez) d’émoticônes : nul ou beurk ou pfff ou je déteste !

Trop mauvais pour l’image de « Mark » positive que Facebook veut véhiculer. Click To Tweet

Maintenant vous pouvez interpréter dans votre petite tête ces nouveaux vecteurs émotifs à votre manière, et pour moi ce sera :

  • J’aime vraiment et pas juste je like comme d’habitude
  • Je trouve cela vraiment drôle
  • Mais Waouh (ou Wouah) quoi ! C’est trop génial ou c’est « ouf ton truc », « je n’en reviens pas », « j’en ai plein les mirettes », « ça me scotche », « ça me troue le… » bref je ne vais pas en dormir de la nuit moi !
  • Je triste (du verbe trister bien sûr) ce que tu me dis, je pleure tellement cette nouvelle m’attriste, je compatis, je suis de tout cœur avec toi dans cette épreuve (ex : la perte de ma chaussure dans la rivière).
  • Je grrr (du verbe grrr)… A prendre avec des pincettes (ou pas), soit vous le prenez comme le « dislike » par excellence du style : c’est juste merdique et nul ce que tu as partagé ou écrit ou je suis bien d’accord avec le négatif partagé !

Quelques exemples :

Une citation du style :

les émotions facebook partage plus fûté ou pas

 

  • vous n’êtes pas d’accord ou vous trouvez ça nul : vous mettez grrr,
  • vous aimez c’est Wouah,
  • vous trouvez cela drôle « haha » (c’est mon cas là, je suis devenue ce à quoi je pense donc : un chat et comme je porte des lunettes à mes moments perdus… BREF !).

Maintenant, une personne publie un article, une photo, sur la maltraitance d’un enfant, d’un animal, le partage d’un produit que vous n’aimez pas vous mettrez « grrr » parce que cela ne vous plait pas.

Mais vous pouvez aussi pleurer ou mettre un wouah parce que vous n’en revenez pas de tant de cruauté ! (ah ben oui aussi)

Pffff ! Il va donc falloir parfois ne pas prendre la mouche et s’emporter pensant que l’interprétation n’est pas conforme !

Ce ne sont pas des émotions, juste des sentiments du moment

Un truc choquant on peut s’en étonner ou s’en offenser.

Une image peut nous dégoûter comme nous faire rire, tout est question de contexte.

Et moi là je vous pose une question toute bête :

Facebook avec ses émotions sous forme de simples réactions d’un instant « T » va-t-il nous faire vraiment réagir, nous amuser ou amener à nous quereller ?

Ne philosophez pas tout le week end hein !? Et surtout amusez-vous ! Et profitez de cette nouvelle forme de communication pour partager encore plus !

 

« Cet article fait maintenant partie de l’évènement interblogueurs #CoulissesDuBlog créé par Mia, du blog Trucs de Blogueuse. Chaque semaine, je publie un article où je vous donne les dessous de mon blog.
Pour lire les autres participations, allez sur ce lien : https://www.trucsdeblogueuse.com/facebook-aime-coulissesdublog-4/ – Vous pouvez également participer à cet évènement, voici les conditions : http://www.trucsdeblogueuse.com/evenement-coulisses-du-blog-2017/ »

 

4 commentaires

  • Les émotions sur Facebook… je suis adepte du « like » après pour le reste je n’ai pas trop le temps. C’est plutôt bien ces émoticones ça évite parfois d’en dire trop et surtout d’éviter les débats quand on n’en a pas envie car les mots peuvent blesser ou mal interprétés ^^

  • Anne Cat Auteur de l’article

    Hello
    Désolée pour le retard de réponse 🙂
    En effet un emoticon bien placé peu éviter un mot mal interprété, c’est tout à fait juste

  • Adrien

    Bonjour,

    si vous souhaitez connaitre l’origine de nos amis les emoji,
    vous pouvez consulter https://www.w3.org/TR/emotion-voc/#big6 et les quelques chapitres (courts) qui suivent.

    Ce n’est donc pas forcément que pour nous rendre la vie ‘plus facile’…

    Merci pour votre billet.

Les commentaires sont fermés.