Catégories SEO

Comment optimiser un site web sous WordPress !


Bien optimiser un blog est plus performant

Comme je l’ai déjà mentionné dans mes écrits, avoir un site dans l’ensemble optimisé en matière de SEO ne suffira pas dans la majorité des cas. En effet, 2 sites ayant des contenus similaires peuvent être positionnés dans les moteurs de recherche différemment, et ceci, pour plusieurs raisons.

La vitesse de chargement d’un site influe sur le positionnement des pages dans un moteur de recherche, en particulier Google et pas seulement.

Voyons, ensemble, quelques outils, dans ce guide, permettant de diagnostiquer efficacement les problèmes d’un site.

Pour une bonne analyse, suivez le guide.

Dareboost

En version gratuite, cet outil en ligne ne permet que d’analyser les pages d’accueil de sites.

L’avantage de ce site repose sur le fait qu’il est accessible en version premium à différents prix pour s’adapter à la plupart des budgets.

J’en ai rédigé une review sur cette page

Je vais présenter d’autres outils pour vous aider à optimiser votre site web. En voici un, fort sympathique et rapide à prendre en main.

Pingdom Tools

Pensez à choisir le serveur le plus proche de votre espace d’hébergement, pour avoir les résultats les plus intéressants à analyser.

Je retiendrais plusieurs éléments de cet outil. Tout d’abord, la vitesse globale de chargement d’une page.

Vous pouvez tester n’importe quelle page de votre site.

Analysez donc, l’onglet « Performance grade » et repérez les liens externes du code de la page à analyser.

Si certains proviennent du même nom de domaine plusieurs fois, il va falloir utiliser la fonction préfetch.

Pour en savoir plus, sur cette notion, je vous invite à consulter cette vidéo.

Mine de rien, cette particularité vous sera grandement utile pour optimiser votre site. Bien exploitée, elle permettra de réduire de manière considérable le temps de chargement d’une page.

Voici un plugin payant pour WordPress qui gère très bien, le préfetch d’un site : Wp-Rocket.

Gtmetrix

Ce site est aussi à mettre dans ses favoris pour compléter son travail d’optimisation de site web.

https://gtmetrix.com/

Je recommande aussi l’outil de Google Insight, j’en parle de manière plus approfondie dans cet article.

Par où commencer pour auditer votre WordPress ?

Faites des économies au niveau des plugins

Non seulement, un plugin WordPress mal codé peut alourdir considérablement le chargement d’une page d’un site, mais si, en plus, vous en accumulez un nombre important, cela représente une source potentielle de conflit avec WordPress et de thèmes.

Personnellement, j’ai choisi un thème permettant d’économiser, pas mal d’extensions : Enfold. Vous comprendrez mieux en lisant, cet article et mes commentaires.

Faut-il choisir le thème Enfold pour WordPress ?

Pensez à vérifier si votre thème ne contient pas déjà la fonction proposée par un de vos plugins. Avoir un plugin et un thème réalisant la même chose, ce n’est décidément pas bon.

Si, en plus, si vous pouvez externaliser certaines fonctions de plugins sur votre serveur d’hébergement ou sur des services externes, cela soulagera votre espace d’hébergement.

Optimiser votre base de données.

Ça y est, vous avez appliqué mes conseils, mais vote site est toujours aussi lent. Il va falloir alors penser à optimiser, voire nettoyer votre base de données.

Pour cela et si vous avez accès à votre base de données (via PhpMyAdmin sur votre serveur, par exemple), il va falloir sélectionner vos tables de la base et activer la fonction Optimisation de temps en temps.

Ah oui, pensez aussi, que de la suppression d’un plugin, il se peut que certaines tables lui étant associées, existent toujours.

C’est le cas, avec Wordfence, si vous n’avez pas à désactiver Live Traffic avant sa suppression. (ou encore le plugin Mailpoet).

Ces extensions laissent des traces dans la base de données. Attention, faites une sauvegarde de la base de données avant toute modification.

Si vous ne vous sentez pas à l’aise pour optimiser une base de données, des extensions comme WPoptimize existent.

 

Limitez les appels de scripts externes

Combien de plateformes d’affiliation et publicitaires j’ai pu tester sur le web. Miséricorde.

Hé ho, les développeurs, vous ne pouvez pas penser un peu aux éditeurs lorsque vous coder vos scripts ?

Pareil pour Facebook. Sans optimisation, le moindre bout de code relatif à l’affiliation peut augmenter de 1 à 2 secondes le temps de chargement d’une page.

Après, on s’étonne de voir pleurer les éditeurs de voir leur site en prendre un coup pour leur référencement.

N’allez pas me dire que Google a catégoriquement en horreur l’affiliation. Associée à un bon contenu relatif, celle-ci ne devrait pas causer de dommages collatéraux.

Source : Google

N’abusez donc pas des scripts avec liens externes sur votre blog sinon, Google va vous le faire savoir un jour ou l’autre.

Widgets latéraux

Ah, les widgets de la sidebar, c’est très tentant d’en mettre. Hein ? Ne mettez uniquement que l’indispensable pour optimiser votre site. Dans le cas contraire, vous allez diluer la pertinence sémantique de votre site.

Vous savez, les nuages de mots clés sous WordPress. Quoi ? Cela existe, encore ? Aucun intérêt. Cela révèle un manque de structure pour votre site.

Par contre, le widget « articles similaires » est à privilégier. Si celui de votre thème ou de votre plugin et bien configuré, cela ne peut pas nuire à votre référencement, au contraire.

C’est pourquoi, je vous recommande, en cas de besoin, l’extension Wordpress Related Posts.

Optimisez l’insertion des images

Il est aussi très tentant, sous WordPress de prendre une image, de l’enregistrer sous votre disque dur et de l’uploader sous WordPress sans traitement. Grave erreur.

Il y a certaines étapes à ne pas négliger.

Anne vous les rappelle dans certains de ses articles que vous trouverez en tapant dans le champ de recherche de son blog le mot « images » (tout simplement !).

Quel format choisir ?

J’avoue, j’ai hésité un certain moment entre le format JPG (ou JPEG) et PNG pour des images sur un site. Si vous n’avez pas besoin de réglages de transparence pour vos images, privilégiez toujours le format JPG (ou JPEG) pour vos images.

Sinon, si vous souhaitez jouer, plus ou moins, sur la transparence de vos images, ce sera le format PNG. Utile surtout pour votre logo !

Le format JPG est de toutes les façons beaucoup plus léger et donc préconisé pour l’optimisation.

Comment compresser ?

Si vous avez la flemme de compresser manuellement vos images avant de les uploader sous WordPress, je vous recommande des plugins comme Imagify, sa version gratuite offre pas mal de possibilités.

Téléchargez-le à cette adresse : Imagify.io

Comment les dimensionner ?

Veillez à adopter toujours la même largeur, si possible en respectant les proportions. Sous Windows, le logiciel Paint.net suffira largement dans la plupart des cas.

Si celui-ci n’est pas installé, téléchargez-le à partir de cette page

Avoir un bon hébergeur

Dans l’idéal, si vous voulez espérer avoir un bon référencement, laissez de côté les formules de serveurs mutualisés les moins chères.

Pensez à vérifier, lorsque vous souscrivez une formule d’hébergement à veiller que vous ayez accès à un minimum de ressources au niveau du serveur.

Sur les serveurs mutualisés, les ressources ne peuvent pas être garanties pour tout le monde. De plus, vous pouvez avoir des niveaux de priorités de ressources selon la formule choisie.

L’idéal, pour commencer, serait d’avoir, au moins, un serveur privé virtuel. Sur ce type de serveur, le nombre de ressources est fixé et garanti rien que pour vous.

Par contre, si vous ne savez pas gérer un serveur, choisissez en un avec l’option infogérance.

Les serveurs dédiés quant à eux, sont réservés pour des gros sites, avec un énorme trafic journalier assuré en général et nécessite une pléthore de compétences en informatique.

Activez le cache sur votre site.

Le cache ? Qu’est ce que c’est que cela ? Je n’ai rien à cacher, dites donc !

Plus sérieusement, je ne vais pas entrer dans la description du sujet, mais je préfère vous renvoyer vers cet article pour mieux comprendre son utilité cruciale.

Pour configurer le cache sur un site, il est nécessaire d’avoir les fonctions adéquates sur votre serveur. OVH propose, par défaut, des solutions convenables contrairement à certains concurrents bien connus en mutualisé, qui n’installent ni la fonction gzip ni deflate.

J’ai eu l’occasion de tester des configurations identiques sous WordPress. La différence est flagrante en termes de vitesse de chargement de page.

Optimisez votre site à l’international.

Enfin, vous avez optimisé votre blog et votre site aux petits oignons pour un bon départ. Pourtant, vous avez l’impression qu’il manque quelque chose. Vous avez peut-être raison.

Votre site est-il multilingue ? Et, bien, il faut savoir qui si n’avez pas installé un CDN pour votre site, vous constaterez des écarts assez impressionnants suivant l’endroit où vous consultez votre site dans le monde.

Pour en savoir plus, sur la notion de CDN, je vous invite à consulter cet article.

KeyCdn : un CDN pour votre WordPress

Pour le moment, j’ai eu l’occasion de tester le service de CDN externe de KeyCDN. Je le retiens et le mets de côté pour d’éventuelles utilisations futures.

J’ai pu constater que, globalement, à travers le monde, un site pouvait avoir la même vitesse de chargement.

Amazon propose aussi ce service.

Conclusion de ce guide

Je ne me prétends pas que ce guide est exhaustif et vous permettra de faire passer votre site devant les yeux de tout le monde dans Google, mais il vous aiguillera pour chasser d’éventuels facteurs bloquants en vue d’une meilleure optimisation.

3 commentaires

  • Pour mon expérience personnelle, je pense qu’en dehors de toutes les étapes nécessaires dans la création d’un site web, c’est le choix du bon hébergeur qui fait que le site fonctionne bien. De plus, il existe des sites appartenant à certaines plateformes qui sont souvent victimes des cyber-attaques. Donc, le choix de l’hébergeur est très important.

  • Bonjour Daniel,
    C’est en partie vrai. J’ai eu l’occasion de tester plusieurs hébergeurs et j’ai pu constater des écarts de trafic importants. Pourquoi ? Parce que, je ne pouvais pas appliquer tous les conseils préconisés dans cet article (en matière d’optimisation) faute d’un serveur adéquat. Cela étant dit, une refonte de mon blog a aussi contribué à la récupération d’un trafic honorable. Enfin, analyser et traiter ses backlinks influence aussi le classement de pages dans les moteurs de recherche. J’ai écrit un article, à ce sujet, récemment, qui mérite d’être complété.

Les commentaires sont fermés.