Catégories Correction

Orthographe ou la nostalgie du passé


écrire de jolis textes dans fautes

Lorsque j’étais élève à l’école primaire, j’apprenais les lettres qui, en se rejoignant formaient des mots, et si le verbe, le pronom et l’adjectif se mariaient bien, ce joli ensemble donnait des phrases qui, mises bout à bout se terminaient en paragraphes.

J’apprenais les pleins et les déliés, l’écriture bien placée entre les lignes, que le maître d’école avait parfaitement tracées sur mon cahier. Pour écrire, j’avais la plume et l’encre d’une belle couleur violette et qui sentait bon, cette petite odeur à la fois sucrée et âcre qui vous obligeait à vous laver les mains vingt fois par jour, au minimum !

Lorsque j’avais bien « fait mes lignes », que la lettre « b » avait le ventre bien rebondi et la lettre « j » la jambe bien faite (presque bien galbée), le maître d’école me donnait une image et moi j’étais fière de ramener toutes ces images à la maison.

J’apprenais les lettres de l’alphabet de « A à Z » et de « Z à A » (cette deuxième étape était moins drôle) et les règles de grammaire par cœur. Je me faisais un devoir de connaître sur le bout de la langue tout ce qui pouvait me faire écrire sans fautes d’orthographe, de grammaire et de syntaxe.

 

les pleins et les déliés de l'orthographe

 

Nostalgie du passé…

Adolescente, je voulais écrire des histoires, qu’importait le sujet, je trouvais que l’assemblage des mots, les uns derrière les autres, bien ordonnés et joliment accordés sonnaient juste à mon oreille.

Le destin en a décidé autrement… Nostalgie du passé…

J’ai malgré tout poursuivi mes petites études dans le domaine du secrétariat et y ai montré de belles capacités pour la rédaction (utile pour travailler en milieu juridique). Bien entendu, j’ai conservé mon amour des mots bien ordonnés et parfaitement accordés.

Mais ça, c’était avant !

Maintenant, c’est l’horreur, ça m’énerve toutes ces fautes d’orthographe, de grammaire, de syntaxe, de ponctuation, partout : sur Internet, dans les articles de blogs, les tweets, les e-mails, les messages divers et variés, même les médias s’y mettent aussi.

Je déteste entendre ou lire des : «maintenant l’information va trop vite, on doit s’adapter » « on s’en tape de faire des fautes, personne ne remarque»

C’est vraiment n’importe quoi ! Je reste tolérante parce que je ne peux pas imposer ce que j’aime à tout le monde, malgré tout, ça me met hors de moi.

Un texte aussi intéressant soit-il qui compte plus de 5 fautes de français devient laid et insipide (pour moi !)… Je l’espère encore aussi pour certains d’entre vous.

On peut faire des fautes, moi-même j’en fais, mais lorsque quelqu’un vous le signale, au lieu de râler, de dire que vous n’avez jamais été bon (ne) en français, d’accuser je ne sais quel système scolaire incompétent, remuez vos méninges, reconnaissez vos torts et essayez au moins de vous améliorer.

Allez donc par ici faire quelques exercices www.francaisfacile.com/

J’y vais moi-même et parfois je m’étonne d’avoir oublié de simples bases que ce monde numérique d’informations à grande vitesse, de gens pressés qui ne prennent plus le temps d’écrire trois mots sans les abréger, m’a fait perdre.

Nostalgie du passé, du mot parfaitement pensé, de l’orthographe légère et bien posée.

Mots-clés

7 commentaires

  • GG

    Même les meilleurs finissent par en perdre leur latin, le français est trop compliqué ! voilà ce que j’ai entendu récemment au travail sur la qualité de l’orthographe d’un email rédigé et qui laissait vraiment à désirer. Notre langue est parfois complexe oui, mais fait on encore assez l’effort d’essayer de la maîtriser ne serait-ce qu’un peu ? Beaucoup le font encore, mais ce beaucoup, c’est encore trop peu, selon moi =)
    Merci pour ce billet qui rappelle ces beaux côtés de la langue !
    Et puis on blogue pour ça d’abord non 🙂 ?
    Belle soirée Anne-Catherine 🙂

  • Anne-Catherine

    Il y a toujours moyen d’améliorer ses écrits en effet, mais baisser les bras est souvent plus simple : « moi je ne sais pas » ou « qu’est-ce que j’en sais moi » 🙂 C’est pour cela qu’il faut continuer à défendre le bien écrit 🙂
    Bonne journée à toi 🙂

  • jerome

    Dans mes bras Anne-Catherine !
    En lisant ceci, je me sens moins seul. En effet j’ai moi aussi souvent le yeux qui pleurent en lisant ici ou là notre langue maltraitée sur tous les supports numériques ou à la TV.
    Pour moi l’excuse du temps n’est pas recevable. Il vaut mieux prendre un tout peu plus de temps pour se relire et fournir un texte correct, c’est ce que je m’efforce de faire, y compris dans le milieu professionnel.
    N’acceptons pas les dérives et le nivellement par le bas, les élèves d’aujourd’hui ne sont pas plus bêtes que nous l’étions à notre époque !

  • Shad

    C’est une bonne chose de parler de ce sujet dans un article, en espérant que ça va faire réfléchir les adeptes du « je m’en foutisme »‘ et du langage SMS…

    Les navigateurs Web devraient bloquer tous les messages (tweets, commentaires etc) s’ils contiennent plus de X fautes, ça filtrerait pas mal. 😀

  • Anne-Catherine

    Quel élan ! En effet l’excuse du temps n’est pas acceptable 🙂 On peut toujours prendre un peu de temps, même si la relecture n’est pas parfaite au moins, on aura essayé. Non les élèves d’aujourd’hui ne sont pas plus bêtes, mais ils n’ont pas les mêmes priorités. Il faut vivre avec son temps mais ne pas oublier de transmettre… La transmission n’est pas toujours facile.

Les commentaires sont fermés.