Catégories Rédaction de contenu

Recette pour un article bien frais


recette pour des articles uniques

Afin de cuisiner un article savoureux, saviez-vous que sa préparation autant que les ingrédients choisis pour son élaboration, sa publication et son partage feront la différence entre un billet lu qui marquera les esprits d’un article ignoré et tombé dans l’oubli.

Alors dites-moi… On la fait cette recette savoureuse ?

Choisir son environnement

 

choisir une jolie place pour un article bien pensé

Sauf pour celles et ceux qui écrivent en tout lieu et sans difficultés. Pour la majeure partie d’entre nous, il faut un environnement propice à la venue d’idées nouvelles.

Imaginez une jolie petite poule rousse (que nous appellerons Sidonie) installée confortablement dans son poulailler au bord d’une route très passante…

Comment voulez-vous qu’avec le bruit des voitures qui circulent jour et nuit, Sidonie puisse pondre en toute sérénité de bon gros œufs bien goûtés?

Pour écrire un article c’est tout pareil ! Si vous avez des bruits trop forts autour de vous, vous n’arriverez pas à vous concentrer correctement.

Le calme et la concentration ça se cultive !

Si vous n’arrivez pas à vider votre esprit, une petite application sur votre ordinateur ou votre mobile telle que Noisli vous sera d’un grand secours !

Vous choisissez une combinaison de bruits : la pluie, l’orage et le vent ou encore la pluie, le feu et le café…

Chut… Vous entendez ?

Vous voilà dans votre petit cocon bien au chaud, en condition pour sortir de jolis mots qui feront de belles phrases.

A force de prendre cette habitude, vous serez de moins en moins distrait et enclin à prendre la plume ou le clavier plus facilement.

Essayez et vous m’en direz des nouvelles. Vous pouvez aussi, comme je le fais parfois, écouter des chansons, musiques que vous appréciez, mais jamais des trucs qui pètent de trop quand même hein !

 

Le calme retrouvé on part chercher des idées

 

Maintenant réfléchissez à la période pendant laquelle vos idées sont les plus prolifiques.

Moi c’est le matin ! Mes idées voient le jour dans les meilleures conditions le matin… et de préférence de bonne heure.

Mais bon, à moins d’être une machine à pondre des mots sans trop réfléchir, il va donc falloir chercher.

Internet vous donne plein d’idées fraîches mais pas seulement :

  • vos propres connaissances
  • les livres et les magazines
  • la télévision voire la radio,

peuvent aussi vous aider.

Ne jamais oublier le crayon à portée de mains pour les noter. Croyez-en mon expérience, il n’y a rien de mieux qu’un bon petit carnet de notes.

Revenons vers Internet… Nous allons y organiser une veille avec un agrégateur de contenus dont je vous ai déjà parlé :

Son nom : Feedly, je le trouve ici : feedly.com/i/welcome

Vous cliquez sur « get starded » et comme son nom l’indique « on commence » ou « y’a plus qu’à » !

Le compte est gratuit et s’ouvre en un clic avec un de vos réseaux sociaux.

Je vous conseille de l’ouvrir avec Twitter, d’emblée vous seront suggérées des personnes à suivre et des sujets qui pourraient vous intéresser.

Twitter est intelligent et vous espionne beaucoup, il sait ce que vous aimez ! Si vous avez des habitudes sur ce média, le petit oiseau bleu vous aidera dans Feedly.

Par la suite, utiliser le hashtag (#) vous permettra facilement de suivre des blogs de votre niche ou des sujets qui vous passionnent.

Plus vous chercherez des blogs et des mots qui sont complémentaires au sujet que vous voulez traiter, plus vos idées s’étofferont !

Plus le grain est de bonne qualité, meilleure est la récolte Twittez-moi ça

 

Un petit exemple peut être ?

Vous avez un blog de cuisine, vous pourriez taper #cuisine et ensuite cliquer sur le petit + de chaque proposition pour ajouter les sites qui vous intéressent.

Ces sites seront rangés dans ce que Feedly appelle une collection.

Ensuite, dans cette collection, vous pourrez prendre connaissance de tous les articles des sites sélectionnés qui viendront s’ajouter au fil de leur parution.

Vous voyez ! Un futur nid d’idées vous attend.

On va maintenant trier et ne garder que le meilleur

 

Vous avez maintenant un tas de sites à suivre, avec plein d’idées à mettre en avant.

Oui mais… Elles ne sont pas toutes bonnes à prendre et doivent être triées pour ne conserver que les meilleures.

Choisissez les articles qui vous inspirent le plus.

Oui mais me direz-vous : « je n’ai pas le temps de tout lire d’un coup ! », qu’à cela ne tienne, sauvegardez les articles avec un outil comme Evernote par exemple.

Je le trouve ici : evernote.com/intl/fr/

Tout en français, très facile à adopter et qui va vite devenir un allié précieux.

Je vous ai trouvé un pense pas bête pour vous servir d’Evernote.

Rohhh zut j’ai perdu le lien… Pfff… Mais non suis-je tête en l’air je l’ai sauvegardé sur Evernote !

Allez on clique sur les 20 astuces Evernote !

Bien…, nous avons l’environnement, les idées et maintenant… Ce n’est pas tout ça, mais je commence à avoir un peu faim, et si on préparait ENFIN cette recette ?

La préparation, une étape cruciale pour un goût inégalé

 

C’est parti… Nous jetons quelques mots voire paragraphes et d’un coup… Plus rien ne sort de ce clavier, ça m’arrive souvent… Hum…

Personne n’est parfait et même si vous pensez qu’en écrivant un article sur « comment rédiger le meilleur billet de votre vie », moi, j’y arrive… Ben pas du tout !

Difficile de trouver, de commencer, de concrétiser et de servir le truc fabuleux à chaque coup.

Ne pleurez pas, je vais vous dévoiler mes petits secrets de préparation qui m’ont toujours sauvé du désastre :

  • j’écris en continu, sans structure, à la volée,
  • je ne publie jamais le jour où j’ai écrit l’article,
  • je laisse couver au moins une nuit, voire une ou deux journées.

Lorsque vous réfléchissez trop pendant l’écriture d’un article, vous vous arrêtez trop souvent, vous butez sur les mots, rien n’est jamais bien et du coup, vous arrêtez tout.

Le fait d’écrire en ne pensant qu’à votre idée, rendra vos phrases plus souples, plus moelleuses, plus goûtées, plus…

C’est comme pour dire « je t’aime » à l’être aimé, si vous réfléchissez trop avant de lui dire… Il va voir ailleurs !

Une relecture le lendemain ou même plus tard vous permet de commencer à remettre de l’ordre pour ne garder que le meilleur et à étoffer ce qui vous reste.

Ecrire détendu et avec plaisir afin d’écrire avec votre cœur, c’est ça aussi devenir unique.

Voilà ! Nous avons l’embryon, maintenant il va falloir le nourrir pour le voir grandir et l’amener à maturité.

 

faire naître l'article pour son blog

 

Hum… La naissance n’est pas encore proche mais on y arrive ! Petit à petit… 

Alors qu’est-ce que je pourrais vous donner comme conseils, quand même, depuis le temps que j’écris des articles ?

Allez, l’écriture web parfaite dont tout le monde parle :

  • un titre alléchant,
  • des phrases courtes,
  • un article aéré,
  • une bonne orthographe.

 

En fait oui dans l’ensemble avec un petit plus.

La spontanéité : pour ne pas attirer que les moteurs mais un peu plus les humains avec un petit exemple qui va nous transporter au jardin (ça change un peu du poulailler ! Pardon Sidonie).

 

Et là je choisis LA TOMATE comme sujet de mon article !

 

cultiver des tomates pour écrire des articles

 

Hier matin, de bonne heure et de bonne humeur toutes mes idées sont venues se déposer en vrac sur mon papier et maintenant il va falloir ranger, ordonner, classer.

En premier, mon titre

« En quelle saison planter ses tomates ? » peut devenir « Les tomates sont plus rouges en avril » ou encore « rougissez de plaisir avec la tomate charnue d’avril » (moi je choisis le troisième titre et vous ?)

Continuons avec le premier paragraphe

« Aujourd’hui je vais vous parler de la période la plus propice pour planter des tomates… » ou peut être
« Planter des tomates oui… Mais comment être certain d’avoir les plus rouges et les plus savoureuses ? Cette question vous vous la posez, j’y réponds dans cet article, sans rougir et avec plaisir ».

Voilà, on sait que je vais aborder le thème de la tomate, maintenant je peux développer avec la manière:

  • de les planter,
  • de les cueillir,
  • et en conclusion demander à vos lecteurs s’ils ont d’autres méthodes par exemple.

Je vais donc pouvoir donner beaucoup d’indications et de conseils à mon lecteur.

Quelques petites retouches avant la dégustation

Utiliser des synonymes avec ce site par exemple :

www.synonymes.com/

Pour tomates, je pourrais employer « fruits du soleil » « fruits charnus » par exemple (hé non ce n’est pas un légume !)

Vous pouvez aussi imaginer de rajouter un peu de sel, un peu de farce à vos tomates… Ah tiens ! Voià un autre point à développer « la manière de cuisiner les tomates ».

Je me demande si je ne vais pas écrire un blog sur les tomates moi !

Vous comprenez qu’il faut vraiment laisser le temps à votre imagination d’amener à vos textes un peu de peps, d’être un peu plus nourris aussi : comme pour cet article sur la tomate qui s’enrichit avec un peu de cuisine qui n’était pas prévu au départ !

Pensez à vous servir d’un outil indispensable à conserver dans vos favoris pour analyser vos textes avant publication :

textalyser.net/?lang=fr

Ce qu’il faut regarder une fois votre texte copié :

  • la lisibilité (savoir si votre texte est facile à comprendre ou pas)
  • le nombre de mots par phrase (30 à 40 maximum c’est pas mal).

Non pas que le reste soit inintéressant, mais en regardant ces deux lignes vous aurez déjà une première approche de la clarté et de la compréhension de votre texte pour vos lecteurs.

Un autre outil sympa pour bien réussir votre recette :

cliches.entre2lettres.com/

Je vous laisse le soin de le découvrir et me dire ce que vous en pensez ! En tout cas, moi je vous le dis, je suis encore bien la Reine des clichés !

Bien…

Toutes les conditions sont réunies pour passer à la dégustation…

Sauf que…

Pour avoir le petit truc qui fera la différence, même si je sais que vous seul suffisez largement, il faut l’ingrédient en plus.

Saupoudrez votre article de quelques épices

 

Vous savez, ce petit truc en plus, qui fera de vos écrits un met  irrésistible.

L’image… ce petit goût si spécial qui nous interpelle et rend la lecture plus colorée.

Attention toutefois à ce que vous « prenez » sur la toile ! Saviez-vous que les images ont des droits ! Oui Madame ! Alors ne vous servez pas impunément !

Ce qui vous intéresse, sont des images pour votre usage personnel.

On commence par Google Images. Sans doute un des premiers réflexes lorsque l’on cherche des photos.

Google est une des plus grandes bibliothèques au monde et il est facile de rechercher avec un mot clé une photo ou une illustration pour son article.

Pour en savoir un peu plus, j’ai déjà écrit pas mal de choses sur le droit des images, je vous laisse picorer sur mon blog pour trouver votre bonheur.

Pour que ce nouvel ingrédient sublime votre article mais aussi pour qu’il serve le référencement de ce dernier, quatre petites choses :

  1. Je télécharge mon image sur mon ordinateur en lui donnant un nom sous forme de mot clés séparés par les tirets du « 6 (-) » ou du « 8 (_) »
  2. Attention ne pas dépasser trois mots ! Et on ne discute pas !
  3. Je n’indique aucun caractère spécial, ni accents dans mon titre.
  4. Je complète la balise « alt » aussi appelée « texte alternatif », lorsque je charge mon image dans ma bibliothèque de médias avec une description incluant des mots clés de mon article.

Soignez bien vos images, elles vous le rendront bien.

Un peu de partage pour une bonne visibilité

 

L’article est là, bien cuisiner avec les meilleurs ingrédients et le petit visuel en plus qui va bien.

Maintenant il va falloir que les moteurs de recherche le hument, le repèrent et le montrent, pour que les internautes le dévorent et s’en lèchent les babines.

C’est toute la difficulté du référencement qui fait que vos articles sont propulsés en haut du panier.

le seo c'est faire et refaire des articles

 

Eh oui, malheureusement parfois ça passe ou ça casse, ou du moins ça ne monte pas ! Alors il faut persévérer, recommencer… Je jamais abandonner.

Moi j’ai quand même ma petite méthode préférée :

Utilisez comme des fous furieux les réseaux sociaux mais pas « juste comme ça » ! Genre je balance et on verra bien !

Pensez à mettre une petite phrase en plus qui incitera le lecteur à lire votre billet et donc à visiter votre site et peut être à partager encore d’autres articles !

Ne soyez pas égoïste, ne communiquez pas que sur vos écrits, mais aussi sur ceux des autres !

Vous vous rappelez au début de ce billet, je vous ai parlé de la veille pour trouver des idées ? ça sert aussi pour partager le travail des copains !

Le référencement ce n’est pas facile, alors si comme moi, vous avec un peu de mal avec ces histoires et que vous n’avez pas forcément les moyens de vous payer un référenceur de qualité :

 

Ecrivez,
Partagez,
Communiquez,
Soyez présent et vrai.

Et je vous promets que vous arriverez à trouver les meilleurs ingrédients pour rédiger les plus beaux articles, concoctez avec amour par le blogueur formidable que vous êtes.

Mots-clés

2 commentaires

  • Coucou Anne,
    Des rappels tout simples que j’essaie d’appliquer. Cependant, pour être sûr de les appliquer tous les jours, les journées devraient faire 36 heures. J’aime bien Google pour trouver des images et selon, les thématiques, il faut impérativement passer par la section « droits d’usage ». J’en vois encore qui sont super calés en référencement, mais qui font la bêtise de choper des images sans vérifier leur licence. C’est dommage. Par contre, dans d’autres thématiques, certains s’amusent à taguer des images de jeux vidéo même si le droit d’images est difficile à appliquer. Cela m’écoeure. Tu crois que dans le monde du gaming, il faudrait demander à chaque éditeur avant de publier leurs images ?

  • AnneC Auteur de l’article

    Hello,

    Je ne sais pas j’avoue 🙂 De toute façon maintenant, tu peux, avec des outils comme Canva, Picmonkey, Pablo (Buffer) faire ce que l’on veut (ou presque) avec les images. Mais bon… une image affiliée à une marque ou à une jeu (qui peut aussi être une marque) reste une épée de Damoclès au-dessus de la tête de celui qui l’emprunte 🙂

Les commentaires sont fermés.