Catégories Interviews de blogueurs

Retourner à l’école pour devenir auteur


Académie du livre

Devenir auteur et retourner à l’école ? Quelle drôle d’idée ! Par si farfelue en fait, je vous explique… J’ai toujours aimé les mots, simples, bizarres, compliqués, français, anglais… Les mots ont le pouvoir de retranscrire la pensée, ils font travailler l’imaginaire, ils sont ceux qui laissent une trace ! Ne dit-on pas « les écrits restent, les paroles s’envolent ».

J’ai commencé un blog pour écrire des articles, j’ai écrit pour les autres, encore des articles, mais je me rends compte qu’au final, je n’ai pas fait ce que je voulais ! Écrire des livres. Facile à dire, mais pas facile à faire…

Eh oui ! Depuis de nombreuses années, j’ai envie de m’essayer à l’écriture, mais je n’ai jamais trouvé le temps ni la bonne méthode pour arriver à mes fins.

Il y a quelques temps de cela, j’ai découvert une formation mise en place par deux Canadiennes, la mère et la fille, respectivement Sylvie Laflamme et Julie Fortin. Je suis la première depuis de nombreuses années. À la sortie de son site prêt à vendre, j’y avais même proposé mes services de correctrice…

À l’époque c’était le foutoir dans ma tête, je ne savais pas quoi faire sur Internet, j’ai suivi de mauvaises personnes, mais j’y ai fait aussi de belles rencontres ! Je ne regrette rien, mais maintenant j’ai envie de faire ce dont j’ai réellement envie et pas ce que les autres aimeraient me voir faire parfois !

Bon, alors, est-ce que je vais devenir auteur cette année ?

C’est le but de la formation dispensée dans une école : l’Académie du Livre.

Cette formation est très riche, fournie, interactive, complète… Oui je suis tombée littéralement sous le charme de tout ce qui y est dit et fournit ! Même si mon travail ne me permet pas d’y consacrer mes journées, je garde en permanence un œil dessus.

Il y a quelques jours, je me suis dit : « pourquoi ne pas interviewer Sylvie et/ou Julie ? » Je leur ai proposé cette interview, elles ont accepté, je profite ici pour les en remercier grandement !

Interview de Julie et Sylvie pour l'Académie du Livre
Académie du Livre

🎤 Pour celles et ceux qui ne vous connaissent pas : une petite présentation s’impose

Julie :

Passionnée de jeux de rôle et de mondes imaginaires, j’ai toujours été attirée par l’écriture. D’ailleurs dès l’âge de 10 ans on m’a publiée dans un recueil de poèmes, vendu en librairie, grâce à un projet collectif lancé par les professeurs de mon école.Seuls 4 chanceux furent choisis par classe et je fus l’une d’entre eux.

La littérature jeunesse m’a toujours beaucoup attirée.Je crois sincèrement qu’il n’y a pas de plus beau cadeau à faire à un enfant que de faire naître en lui une passion pour la lecture.

C’est une des raisons pour lesquelles je me spécialise tout naturellement dans les histoires pour très jeunes enfants / adolescents ainsi que les cahiers d’apprentissage.

Pour l’instant j’en suis à plus de 25 livres auto publiés.Plusieurs ont été numéro 1 dans leur catégorie. À deux reprises Amazon.fr a utilisé un de mes livres « chouchou » pour faire l’intitulé de son courriel promotionnel.

J’ai longtemps hésité (comme plusieurs auteurs) à me lancer dans l’aventure mais je ne reviendrai pas en arrière! Le premier saut semble TELLEMENT plus effrayant qu’il ne l’est en réalité, c’est entre autres une des nombreuses choses que je tiens à partager avec les élèves de l’Académie du livre :

Je l’ai fait et j’ai survécu au grand saut, alors il n’y a aucune, je dis bien AUCUNE, raison que quelqu’un d’autre n’y arrive pas.

Sylvie :

J’ai appris à lire et à écrire avant d’entrer en classe. Depuis, les livres ont toujours été ma passion. À 10 ans j’étais déjà directrice du journal étudiant de mon école et j’ai conservé ce poste jusqu’à la fin du secondaire avant de quitter pour les hautes études.

À 17 ans, âge où la mélancolie baigne la jeunesse, j’étais poète et mes textes étaient lus dans des cafés spécialisés. C’était un temps mémorable. Mes textes ont été publiés dans des magazines, des revues, des journaux dont La Presse, le journal le plus important au Québec.

Une amie qui allait être expulsée du Canada avec ses enfants a pu demeurer ici suite à une lettre qu’elle m’a demandée. Il était moins une…. Elle devait partir dans moins de 48 heures. La lettre a pu être livrée au Ministre de l’époque qui a changé sa décision par la suite. J’avoue que de tous mes textes, cette lettre fait partie de ceux qui ont marqué ma vie.

Par la suite, commerçante dans le domaine de la couture domestique, j’ai lancé le premier journal (l’ancêtre de la newsletter) réservé à mes clientes. Les années ont passé et ce domaine des affaires a beaucoup perdu de son importance, me poussant au pied du mur.

J’ai donc écrit une lettre à tous mes fournisseurs à qui je devais de l’argent, pour leur offrir 2 options : la première était de se rembourser par de l’inventaire invendu, la deuxième était de prendre en compte mon excellent historique de paiement et le professionnalisme toujours présent dans nos relations, pour tirer un trait sur cette dette et l’inscrire dans leur bilan des pertes.

Tous, sauf un,  ont choisi la deuxième option. Nous parlions alors d’une somme de près de $65,000 qui fut effacée par une simple lettre de 3 petits paragraphes. L’autre m’a simplement répondu qu’il n’effaçait pas la dette mais qu’il n’attendait pas nécessairement de remboursement. Si un jour la situation me permettait de le rembourser, il prendrait ça comme un cadeau de retraite.

Les années ont passé et ma santé périclitant, j’ai dû trouver le moyen de gagner ma vie de la maison. C’est alors qu’est né le club privé Pretavendre qui consiste à offrir des produits à revendre en échange d’un abonnement mensuel. Plusieurs internautes ont ainsi pu gagner leur vie en vendant mes livres. Pretavendre aura 9 ans en 2015. C’est le plus vieux club privé et fournisseur de produits à revendre.

Seulement depuis la création de Pretavendre, j’ai plus de 100 livres publiés. J’oublie ici tout ce qui a été publié en dehors de Pretavendre et avant sa création. Car alors, ce sont plusieurs dizaines de livres supplémentaires qu’il faudrait compter.

Je me suis aussi hasardée chez Amazon Kindle avec un petit livre sur la loi canadienne anti-pourriel et, à mon grand étonnement, il a reçu une excellente note et les commentaires sont tous très positifs. Une mise à jour sera bientôt publiée pour en faire un document de référence pour tous.

Il était donc tout naturel que naisse l’Académie du livre, sachant que Julie, ma fille, vit avec moi et que nous parlons business et écriture à tout instant.

🎤 D’où vous est venue l’idée de cette formation ?

Julie :

Sylvie fut celle qui amena en premier l’idée, je lui laisse donc le plaisir de vous en parler.

Sylvie :

La première fois où j’ai voulu créer l’Académie c’est quand pretavendre.com n’avait que 1 an, plus précisément le 15 mai 2007, date où j’ai réservé le nom de domaine « ecoleduebook.com ». Les affaires tournaient rondement et je recevais de plus en plus de demandes pour apprendre comment écrire aussi rapidement que moi. Ne voulant pas faire de coaching privé à cette époque, j’ai alors pensé à mettre sur pied une école.

Le trojan Gumblar est venu changer les choses en bouleversant notre vie de fond en comble.À cause de lui, je ne pouvais plus rien publier et ça a perduré pendant plus de 3 mois avant qu’une solution efficace ne soit découverte par les programmeurs des logiciels d’antivirus et autres outils de protection. Il faut savoir qu’à cette époque, les livres téléchargeables n’étaient qu’en format PDF et le trojan se propageait principalement par une faille de sécurité dans le lecteur Adobe Acrobat.

De 2007 à 2011, nous avons dû mettre le projet sur la glace. C’est donc le 4 novembre 2011, date où j’ai enregistré le domaine « academiedulivre.com » que le projet a commencé à prendre forme.

Mais comme nous ne contrôlons pas toujours ce que la Vie nous apporte, le projet a été mis de côté jusqu’à l’automne 2014. Cependant, nous avons toujours travaillé et étudié pour faire en sorte que nous soyons enfin prêtes pour le jour où nous pourrions lancer cette académie.

C’est pourquoi nous avons déjà des formations qui sont préparées et dont il ne reste plus qu’à faire une dernière révision et compléter les documents pour tout mettre en ligne. Mais ce travail est fait par Julie principalement. C’est elle l’Artiste de la famille. Elle ne s’en vantera pas mais elle est la webmestre, la graphiste, la spécialiste des mises en page, et de tout ce qui est audio et vidéo.

🎤 Quels sont les atouts de cette formation pour quelqu’un (comme moi par exemple) qui débute complètement dans le domaine de l’écriture ?

Julie :

À l’Académie du livre nous prenons le temps de réviser les bases. Beaucoup de formations ont pour but premier de vous faire écrire un livre, point. Ici ce n’est pas le cas, du moins pas de façon aussi tranchée. Sylvie et moi avons publié de nombreux livres, dont quelques-uns en collaboration, nous sommes complémentaires dans nos acquis, ce qui nous permet d’expliquer et d’enseigner les bases essentielles des divers genres littéraires.

Certes, il y a des bases communes, les « bases de l’auteur », mais il existe aussi de nombreux autres points à connaître selon le type de livre que vous désirez écrire. Ce n’est pas vrai que vous ne pouvez pas écrire tel ou tel genre si vous débutez, il vous faut simplement connaître et travailler avec les bonnes connaissances. Ce sont ces acquis, entre autres choses, que nous vous transmettons à l’Académie du livre.

Notre approche, sous forme de discussion amicale et chaleureuse, permet aux étudiants de l’Académie de comprendre et d’acquérir des connaissances approfondies. Nous n’avons pas peur d’entrechoquer nos idées, nos visions des choses et nos expériences pour en faire ressortir le meilleur pour nos étudiants.

Sylvie :

Comme nous avons chacune nos particularités, nos intérêts varient considérablement tout comme nos compétences. Une personne qui débute peut être visuelle, auditive, ou les deux.Elle peut aussi avoir besoin de balises très serrées ou, au contraire, pouvoir avancer avec suffisamment de liberté pour ne pas nuire à sa créativité.

Elle peut vouloir étudier à temps plein pour publier son premier livre dans quelques semaines ou prendre son temps pour bien savourer le plaisir de créer cet univers imaginaire dans lequel elle baignera de longs mois avec les personnages qu’elle y aura fait naître et vivre. L’Académie s’adapte à tous. Personne ne subit de pression pour remettre son texte rapidement. Tous sont stimulés à participer mais personne n’est obligé de le faire.

Parce que les bases sont essentielles pour trouver sa vraie voie dans l’univers de l’écriture, nous considérons qu’il est important que chacun suive tous les cours qui sont dans la zone étudiant.Plus tard, nous approfondirons les styles, par étape, afin de permettre à chacun d’avancer dans le secteur qui lui sied le mieux.

Il est faux de croire qu’on peut partir de zéro, devenir un auteur à succès en 2 ou 3 mois et connaître la recette du succès éternel. Les plus grands auteurs sont, eux aussi, constamment face à la possibilité que leur prochain livre soit un navet total. Même avec leur réputation et leur talent, ils ne savent jamais à l’avance si leur nouveau texte plaira ou pas.

C’est pourquoi il faut constamment travailler pour s’améliorer, suivre les tendances, être réceptif aux attentes de nos lecteurs. Avec l’Académie, au fil des mois vous apprendrez comment y parvenir.

devenir auteur

🎤 Un auteur doit faire travailler son imagination. Que pensez-vous, vous, qui êtes auteures confirmées,  de cette affirmation ?

Julie :

Il existe de nombreux outils pour aider les auteurs à écrire leur livre, mais le seul outil réellement essentiel, c’est l’imagination, la créativité. Sans créativité il n’y a pas d’idées, c’est aussi simple que ça.

Il est totalement faux de penser que l’imagination est essentielle seulement aux paroliers, scénaristes et auteurs de romans. L’imagination est aussi importante pour l’auteur d’un livre « comment faire son pain maison » que pour celui qui écrira le prochain roman porté au grand écran.

  • Comment trouverez-vous le bon angle pour parler du pain?
  • Comment vous démarquerez-vous des nombreux autres livres sortis sur le sujet?

Par votre approche, et votre approche dépendra de votre faculté à imaginer votre lecteur, son besoin, ses questions etc. C’est votre imaginaire qui fera la différence entre un livre qui sera lu du début à la fin, ou qui sera abandonné après les premières pages. Ici il ne s’agit même pas de créer un monde imaginaire, simplement de trouver la bonne façon d’aborder un sujet aride.

À l’Académie, nous créons régulièrement des exercices précis et ciblés pour faire travailler l’imaginaire de nos auteurs tout en les aidant à prendre la bonne habitude d’écrire un peu à chaque jour.

 

Sylvie :

L’imagination est le cœur de la vie. Sans elle, rien de tout ce qui vous entoure n’existerait. Alors quand vient le temps de parler d’écriture, sans imagination c’est totalement impensable. Comme le cerveau est un muscle et que l’imagination est générée par le cerveau, il vous faut entraîner votre cerveau pour qu’il développe ses capacités de créativité.

Nos exercices peuvent sembler parfois anodins mais il n’en est rien.Nous suggérons aux étudiants de tous les faire et si possible, pas seulement une fois, mais régulièrement. De les aborder sous des angles nouveaux et de les faire comme si c’était la première fois, à chaque fois.

C’est ainsi que l’imaginaire devient efficace. Toujours se souvenir qu’il y a un muscle pour ça et qu’il a besoin d’être entraîné régulièrement.

🎤 Cessez d’essayer d’écrire et écrivez ! C’est la première chose que l’on voit en ouvrant l’espace membre : pourquoi cette phrase ?

Julie :

Parce que si vous désirez devenir auteur, c’est ce que vous devez faire tout simplement.

Cette phrase semble peut-être anodine mais elle est puissante de sens. Combien ont « espéré devenir auteur » au moins une fois dans leur vie? Beaucoup n’est-ce pas?

Et maintenant, combien ont réellement franchi le pas? Combien ont la fierté d’être aujourd’hui publiés (à leur compte ou chez un éditeur)? Très peu….

En fait selon un sondage OpinionWay, 93% des francophones désirant écrire un livre ne mèneront jamais leur projet jusqu’au bout. C’est énorme!

Pourquoi un tel pourcentage?

À cause de leur grand et bon ami « Ouimais ».

Ahhhh ce Ouimais, toujours présent pour nous aider à procrastiner et abandonner nos projets en cours de route!

Il y a tellement d’excuses que l’on peut trouver pour simplement « essayer » d’écrire sans jamais le faire réellement…

« Oui mais quelqu’un l’a déjà fait avant moi »

« Oui mais je ne sais pas si j’en connais assez sur le sujet »

« Oui mais c’est mon premier livre dans ce domaine, je ne serai pas pris au sérieux »

« Oui mais je ne suis pas auteur, mon français n’est pas parfait et mes mots ne sont pas aussi fluides que ceux des grands romanciers »

« Oui mais je tourne en rond,  je n’ai pas assez d’idées »

« Oui mais il y a tellement de choses auxquelles penser,  je ne sais pas où donner de la tête »

« Oui mais j’ai peur de ce que les autres en diront »

« Oui mais je manque de temps »

Pour ne citer que quelques exemples…Vous voyez le topo?

Si vous voulez réellement écrire et devenir l’auteur que vous désirez être, il n’existe pas de secret : il faut ignorer Ouimais et écrire!

De bonnes connaissances vous aideront à créer votre livre avec plus de facilité. Mais attention : même avec les connaissances les plus pointues, si vous ne vous décidez pas à ÉCRIRE, vous n’écrirez jamais votre livre.

Alors il n’y a qu’une chose à faire à partir d’aujourd’hui : cessez d’essayer d’écrire et ÉCRIVEZ! 😉

Sylvie :

Julie a parfaitement raison. À certains moments de ma vie, ma seule planche de salut c’était d’écrire dans l’espoir de vendre mon texte pour enfin pouvoir acheter de quoi manger. À chaque fois ça a fonctionné. Je ne compte plus le nombre d’articles qui ont payé pour le loyer, la nourriture, l’assurance, le chauffage, le dentiste, bref…. Si j’avais écouté ce fameux Ouimais, je serais certainement mendiante aujourd’hui… si je vivais encore….

🎤 Il y a de beaux projets dans votre formation comme le projet collectif de recueil de nouvelles : cette action semble vous tenir vraiment à cœur : dites-nous en un peu plus sur ce sujet.

Julie :

Le recueil de nouvelles est un projet qui nous tient beaucoup à cœur, c’est vrai.J’ai été publiée pour la première fois dans un collectif et ce fut une merveilleuse expérience. En fait le collectif permet à nos étudiants d’être rapidement publiés sans devoir s’attaquer dès le début à un très long texte.

De cette façon ils commencent rapidement à faire leurs nom en tant qu’auteur mais surtout aident une cause humanitaire par la même occasion puisque 100% des revenus générés par les ventes de ce recueil seront reversés à des œuvres caritatives.

Sylvie :

En plus de ce geste humanitaire au choix des participants (ce sont eux qui décident de l’organisme qui recevra les revenus de la vente du recueil), chaque participant aura la possibilité d’enfin créer sa page d’auteur chez Amazon et automatiquement ce livre fera partie des travaux qu’il a publiés.C’est très motivant d’avoir sa page d’auteur à présenter aux gens qui nous demandent ce qu’on fait dans la vie! 😃

🎤 Vous apprenez à vos élèves, entre autres, par le biais d’exercices pratiques. Êtes-vous disponible pour vos élèves pour la correction de ces exercices ? Cela ne vous prend-il pas trop de temps ?

Julie :

Nous avons à cœur la réussite de nos étudiants.Chacun des exercices est réfléchi pour optimiser au maximum son apprentissage et ses acquis. Chaque exercice a sa raison d’être.Même si certains semblent associés à  un genre littéraire précis, il est faux de penser qu’un livre informatif ne demande aucun travail de créativité où qu’un roman ne demande aucune recherche.

Nous restons disponibles pour chaque étudiant via la messagerie intégrée à l’Académie.La correction des exercices nous permet de voir l’évolution de nos étudiants mais aussi d’améliorer constamment l’Académie pour suivre les besoins et corriger les lacunes observées grâce aux exercices.Chaque étudiant est important alors nous prenons avec plaisir le temps de corriger chaque exercice qui nous est envoyé.

Sylvie :

De plus, pour ceux qui désireraient être suivis en privé, nous offrons aussi la possibilité d’un coaching privé selon le temps désiré.

🎤 Quel est le but ultime de cette formation ? Pour vous ? Pour vos élèves ?

Julie :

Le but ultime?

Donner la chance aux passionnés des mots de publier, sans crainte, leur livre.

Tout le monde peut écrire, mais ce n’est pas tout le monde qui comprend et maîtrise bien les divers genres littéraires. Lorsqu’on désire vendre un livre, qu’on désire devenir auteur, il y a des bases à connaître, des méthodologies à respecter et tout un univers à comprendre.

Passionnées d’écriture, à deux nous cumulons plus de 50 ans d’expériences dans le domaine, plus de 125 livres publiés et de nombreuses autres publications (articles de journal, d’e-zine, etc.). Nous sommes donc en mesure d’accompagner les auteurs en devenir qui désirent réellement publier leurs livres.

Sylvie :

J’ajouterai que nous avons une vision à très long terme pour l’Académie. Nous la voulons internationale et reconnue par les instances gouvernementales en mesure de nous délivrer les accréditations nécessaires pour valider les diplômes que nous émettrons à nos étudiants finissants.

Mais là on parle de projets lointains car ce sont les étudiants qui feront que ce sera possible ou pas. Plus nos étudiants seront sérieux dans leur démarche et meilleure sera leur formation. Du coup, meilleurs seront leurs résultats.

🎤 Comme à chaque fin d’interview chez moi c’est quartier libre ! Vous parlez de ce que vous voulez, peu importe le sujet : un projet, la formation…

Il existe déjà plusieurs cours pour apprendre à publier. Nous ne sommes pas là pour les évaluer ni les critiquer. Ce qui différencie l’Académie de tous ces cours, c’est que la formation de l’Académie n’a pas de « point final ». Nos formations ne sont pas un produit marketing ou d’infopreneur.

L’Académie n’est pas un produit qui se vend pendant quelques semaines puis qui n’est plus disponible par la suite afin de mousser les ventes au plus vite.

L’Académie c’est une ÉCOLE pas un produit. Ses portes sont ouvertes À L’ANNÉE!

Nous offrons la possibilité de l’essayer pour une semaine à très bas prix afin de permettre à tous d’y entrer et de voir ce qui s’y passe. J’aime à comparer ça à l’entrée à l’Université. Quand vous devez choisir une Université, vous avez la chance d’entrer dans l’édifice, de visiter, de voir ce qui s’y passe et de vous faire une meilleure idée.

Si les murs sont délabrés, que le terrain est négligé, que les salles de cours sont mal entretenues, vous hésiterez à y investir votre argent, votre temps et votre plan de carrière n’est-ce pas?

C’est pourquoi nous voulons que tout le monde vienne voir ce qui se trouve au sein de nos « murs virtuels » afin de se faire une idée de la qualité de l’Académie.

Lorsqu’un environnement est « ordinaire » et « commercial », il se peut que la formation laisse à désirer. Mais quand tout est clair, précis et fait dans les moindres détails avec beaucoup d’attention, pourquoi penser qu’il pourrait en être autrement pour les cours qui y sont enseignés ?

Voilà ce que nous voulions vous partager aujourd’hui. En tout temps, n’hésitez pas à communiquer avec nous via le système de messagerie de l’Académie. Entrez, venez voir, essayez-la puis ensuite vous serez en mesure de vous faire une meilleure idée de ce qu’elle a à vous offrir.

devenir auteur grâce à l'académie du livre
Devenir Auteur : Rêve ou Réalité?

Je suis fan de cette formation, je crois sincèrement qu’elle peut m’aider à réaliser mon rêve et à m’épanouir au travers des mots.

J’ai besoin de lâcher mon imaginaire, de comprendre si j’en suis capable, d’avoir la maîtrise de ce qui entoure l’écriture et la publication.

Cette formation apporte tout cela, elle n’est pas à engloutir en une seule fois, il faut y revenir sans cesse pour l’apprivoiser totalement.

Ai-je enfin trouvé ce que j’ai envie de faire sur Internet, je crois bien que oui, définitivement oui. Mais je reste encore dans le doute : en serais-je capable ? Oui mais…. (chut !).

Et vous, avez-vous eu un jour envie d’écrire une nouvelle, un roman, etc. ?

Une telle formation vous inspire-t-elle ?

Mots-clés